France (départ)

Espagne

Maroc

Sénégal

Argentine

Chili

Taiwan

Chine

Vietnam Cambodge Thaïlande Malaisie

Scandinavie

Allemagne

Pays-Bas

Belgique

France (Retour)

 

Retour page d'accueil

 

 

CAMBODGE

 

Lundi 26 avril 2004 (J+197) (Romain)
90 km   Total : 9529 km
Depart : Svay Rieng   Arrivee : 7 km avant Prey Veng

Le dejeune qui se fait attendre ...


Pas grand chose a signaler pour notre premiere journee complete au Cambodge. Nous sommes ravis d'etre la et d'avoir change de pays. Les gens sont ici plus respectueux, plus cool...
Par contre, ils sont moins commercants et ce n'est pas evident de trouver ou mange : il y a peu de restos et beaucoup n'ont pas a manger !!! Cet apres midi, apres une pause pepsi bananes, nous longeons le mekong sur quelques kilometres, c'est magnifique ! Le long du fleuve comme partout ailleurs (mais la ca se comprend) les maisons sont sur pilotis : cela donne au Cambodgiens un coin d'ombre perpetuelle dans lequel ils se reposent souvent.
C'est a cote de l'une de ces maisons que nous plantons la tente ce soir. Lorsque nous nous couchons, nous realisons que le sol, chauffe toute la journee par le soleil, n'a pas refroidi : il fait une chaleur etoufante dans la tente et il est tres dificille de dormir : nos matelas sont innondes de transpiration !


Mardi 27 avril 2004 (J+198)  (Vincent)
Depart : Prey Veng 
Arrivee : Chub Krau
70 km, total : 9599 km


"Pol Pot...Couic !" et douche publique


Compte tenu du temps qu'il nous a fallu pour denicher une ecole qui daigne nous recevoir au Vietnam, nous preferons tenter notre chance au plus vite au Cambodge...

La encore, grosse difference entre les deux pays, et la premiere ecole "tentee" nous accueille a bras ouverts ! Le directeur, qui parle quelques mots de francais est tres rapidement interesse par notre projet et nous invite directement a assister a une lecon dans une classe. Il nous explique que les enfants de cette ecole sont pratiquement tous issus de familles de paysans tres pauvres.

La premiere chose qui frappe dans la salle de classe est justement le calme qui y regne. Les eleves sont tres participatifs, se levent pour repondre aux questions de leur maitresse, mais pas un ne discute.

Pour les dessins, nous changeons de classe et allons voir les plus grands (environ 11 ans). Une fois encore, le message ne semble pas etre tres bien passe et les eleves ont du mal a dessiner quelque chose par eux meme. Tous recopient un dessin sur leur livre de cours. L'un d'entre eux nous gratifie meme d'une magnifique nature morte... de chiottes ! Il a recopie avec soin le dessin figurant dans son cours de sante-hygiene... sympa !

Sur le centre du mur principal de chaque classe se trouve un drapeau cambodgien ainsi que les portraits du roi et de la reine. Il faut dire qu'ils en ont bave les pauvres avec les precedents regimes. Le directeur nous fait d'ailleurs une declaration assez explicite : "J'ai etudie le francais jusqu'en 1970 mais apres, pas moyen de le parler. Avec Pol Pot... couic !" nous dit-il en mimant avec son doigt un poignard lui tranchant la gorge. Il faut en effet rappeler que Pol Pot ("l'ami Polo" pour ses intimes), suivant a la lettre les preceptes de Mao, avait donne pour ordre a tous de travailler dans les champs et de tuer tous les intellectuels. Parmi les criteres "d'intellectualisme", le port de lunettes !

Apres cette visite bien agreable et tres instructive, nous faisons quelques courses au marche de Prey Veng, ou les gens sont bien etonnes de voir des blancs deambuler, des "barrangs" comme ils disent.

Il fait tres chaud depuis plusieurs jours et nous commencons a etre vraiment crasseux. Pour preuve, une ribambelle de petits boutons fait son apparition sur notre torse... la classe ! Il faut vite enrayer le phenomene et se laver coute que coute ! Nous reperons une pompe a eau au bord de la route et demandons aux personnes du village si nous pouvons puiser un peu pour nous laver.

Nous nous retrouvons donc en calecon devant une foule nombreuse venue pour admirer le spectacle. Chaque fois que nous esquissons un geste pour nettoyer aussi sous le calecon, nos groopies crient des "wouh" de ravissement... une scene memorable !

Il fait tres chaud et nous ne ferons que peu de kilometres avant de planter la tente devant tout plein de curieux, dans un village de campagne. A noter, nous trouvons les "curieux" cambodgiens nettement plus respectueux et sympathiques que leurs voisins vietnamiens !

 


Mercredi 28 avril 2004 (J+199) (Romain)
97 km   Total : 9696 km
Depart : Chub Krau    Arrivee : Tang Krasang

Route principale ...


Nous passons ce matin par une grosse ville. Pour y acceder un grand pont tout neuf y mene. Il est assez incongru dans cet environnement, c'est un cadeau tout recent des japonnais !
En ville, nous allons au nouvelles avec un petit cyber puis repartons. En pause de matinee, nous nous offrons des sandwiches au lait concentre : c'est tres bourin mais ca nous fait avancer. 
Nous reprennons ensuite la route au millieu des villages. Les gens ne peuvent nous laisser passer sans manifester quelque chose : cela va du cri au "hello" en passant par le "OK" quand ils ne connaissent rien d'autre comme mot etranger !!. Lorsque nous arretons c'est le grand rassemblement du village : tout le monde vient nous voir. Si on se pause pour lire une demi heure, les gens nous regardent lire pendant l'integralite de la demi heure. Il n'y a pas de meilleur occupation que nous regarder. 
Aujourd'hui, alors que aucun resto ne peut nous donner a manger, nous sommes acceuilli chez une famille qui nous offre la fin de son plat de riz. Il y a alors 50 personnes autour de nous, a moins d'un metre de nous pour les plus pres, et ils nous regardent manger !!! En cherchant une comparaison, nous trouvons celle-ci : c'est comme si un martien (un petit bonhomme vert) venait dans votre rue ! Vous iriez alors probablement le voir ... c'est ce qu'ils font !

Apres ce dejeuner particulier, nous reprennons la route, qui se tranforme rapidememnt en piste !! Nous sommes pourtant sur une des 5 "main road" du Cambodge. Cette piste se revele extremement mauvaise. Nous pensons nous perdre au moins trois fois puisque nous differencions plus la route principale des petites routes ! Au final, ce sera 30 kilometres de calvaire sur les caillous ! Vraiment pas agreable !

En fin de journee, alors que nous demandons a camper, nous sommes invite a dormir sous la maison piloti du proprio, qui parle anglais ! Sympa !
Mauvaise nouvelle cependant en nous couchant : le lit est beaucoup trop etroit. Je decide finalement de dormir un peu plus loin mais pas sous la moustiquaire.



Jeudi 29 avril 2004 (J+200 !!!)  (Vincent)
Depart : Tang Krasang
Arrivee : Tnaot
81 km, total : 9777 km


Interview de Raphael Mezrai



Romain qui n'avait pas assez de place pour ses grandes jambes sur le lit a prefere dormir par terre, sans moustiquaire. Resultat : une nuit quasi blanche.

Petit aparte pour decrire les toilettes de notre hote qui valaient veritablement le detour. "au fond du jardin" m'indique celui-ci. Je reste perplexe lorsque j'apercois une construction de bois, une sorte de mirador a seulement un metre du sol : "par ou rentre-t-on ?". Il n'y a en effet pas de porte ! La seule solution, se hisser jusqu'a la fenetre en utilisant le plot de bois prevu a cet effet. A l'interieur, deux planches pour poser les pieds et une vue imprenable sur les excrements et les morceaux de papier journal (moins cher que le PQ)... sur l'herbe, a peine un metre plus bas !

Revenons en a nos moutons. Roro n'a ce matin pas de jus a cause de sa mauvaise nuit. Cela ne l'empeche pas de filer comme le vent "pour faire passer plus vite le calvaire"... sacre Roro !

Nous sommes bien contents de nous poser a l'ombre et bien au calme pour la pause dejeuner. Pendant le repas, un jeune Cambodgien nous aborde en anglais. Il s'interroge vivement sur les "foreigners" que nous sommes et ne manque donc pas de nous poser des tonnes de questions : "How do you feel when you ride your bicycle ?", "Why do you go to Siem Reap ?", "Why do you want to visit ?"... les questions auxquelles on a du mal a trouver une reponse s'enchainent a une vitesse folle et le pauvre ne semble pas comprendre pourquoi on n'a pas plus de reponses a lui proposer... apres reflexion, nous trouvons une comparaison adequate, un vrai Raphael Mezrai cambodgien !

A la fin, notre ami veut absolument que nous allions rencontrer son professeur d'anglais. Il ne comprend pas qu'on puisse ne pas en avoir envie... "vous verrez, il parle tres bien anglais !"... super mais la route nous attend. Adieu Raphael !

Nous arrivons avec difficulte a faire un peu plus de 80 km sous une chaleur et une humidite etouffantes. C'est deja l'heure de planter la tente devant une trentaine de curieux villageois. Nous profitons avec tout ce petit monde du magnifique coucher de soleil sur la plaine parsemee de palmiers...

 


Vendredi 30 avril 2004 (J+201) (Romain)
69 km   Total : 9846 km
Depart : Tnaot   Arrivee : Boeng Veng

Tourista


Cette fois ci ca y est, c'est sur, je suis malade. J'ai passe ma nuit a me vider de mon diner. Le champs autour de nous est mine !!! La blague est moins drole quand on sait que les mines antipersonnelles font 400 victimes par an dans le pays. Quoiqu'il en soit je suis faible et je roule doucement aujourd'hui. 

Comme je n'ai pas d'appetit, je suis moins perturbe que Vincent par l'absence de resto sur la route !! Nous ne trouvons finalement a manger que vers 15h00.

Le reste de la journee est classique : la route, les "hello", les "OK", etc ... Nous plantons ce soir la tente devant notre public habituel : une cinquantaine de cambodgiens nous regardent avec de grands yeux. Idem pour le diner. Quand nous dormons par contre, la tente est fermee ! Cela ne les empeche pas de rester ce soir a trois metres de la tente, a rigoler et discuter alors que nous cherchons a dormir !


Samedi 1er mai 2004 (J+202)  (Vincent)
BON ANNIVERSAIRE MAMAN !!!
Depart : Boeng Veng
Arrivee : Siem Reap
44 km, total : 9890 km

Changement d'univers



Ce matin, nous reiterons notre experience du 27 avril : la douche devant tout le monde. Pour porter l'eau du puis a notre "terrain de douche", je tente la methode asiatique : un seau accroche a chaque excremite d'une tige de bois flexible... je n'ai pas encore de "coup de main", je ne m'y risquerai plus !

Notre hote passe alors a cote de nous avec quelques petits recipients cylindriques en bois ficeles sur son epaule. Je me demande bien a quoi ils vont servir. C'est alors que le petit homme, couteau a la main, grimpe comme une fusee le long du palmier haut d'une dizaine de metres. Mais quel est ce prodige ? Apres inspection, je m'apercois qu'il s'aide en fait d'une sorte "d'echelle" de bambou : une simple tige de bambou plantee de cale-pieds a chaque "jonction". Une fois la haut, il sort son couteau pour extraire de l'arbre un liquide blanchatre dont il remplit ses recipients, de l'huile de palme... c'etait donc ca ! D'ailleurs, a y regarder de plus pres, tous les palmiers du "jardin" sont pourvus de l'astucieuse echelle.

Quarante kilometres de velo sur une piste passablement defoncee nous separent de Siem Reap, la ville la plus touristique du pays. Le moins que l'on puisse dire est que l'arrivee a Siem Reap contraste drolement avec le Cambodge rural que nous avons cotoye depuis une semaine. C'est a se demander si nous sommes toujours dans le meme pays ! Des batiments modernes, des enseignes publicitaires pour des produits de marques occidentales, des hotels et guesthouses a perte de vue, de belles voitures, des prix affiches en dollars et des "barrangs" partout. Pour la petite anecdote, a cote de notre guesthouse se trouve un "burger restaurant" qui fait egalement supermarche. A la caisse, on nous rend la monnaie en dollars pour notre Pepsi pourtant paye en Riels (monnaie cambodgienne)... bienvenue a Siem Reap !

La profusion de guesthouses fait qu'il est tout de meme facile de se loger a un prix raisonnable : 3 dollars la chambre. Nous prenons un peu de repos avant la visite des fameux temples demain. Lecture, coup de fil a la p'tite moman pour son anniversaire et diner tranquille dans un des rares restos qui compte plus de locaux que de touristes dans sa clientele.

Le ventilateur bourdonne au dessus de nos tetes lorsque nous nous endormons enfin malgre toute l'excitation provoquee par la visite de demain.


Dimanche 2 mai 2004 (J+203)  (Romain)
60 km   Total : 

Visite de Angkor


Aujourd'hui est un grand jour, dedie a la visite des mythiques temples de Angkor.
Avant d'entrer dans les details, un element important de la journee, qui a ete cruel pour moi : les caprices de mon appareil digestif. Ce que j'ai pris au matin pour de la fatigue s'est avere etre THE RETURN OF MY TOURISTA... La journee a donc ete difficile pour moi et j'ai meme seche quelques temples. Je n'ai rien pu avaler de la journee et au retour a l'hotel, je me suis couche sans demadermon reste !!
Concernant le site en lui meme, la premiere impression, qui n'est pas une surprise quand on a vu Siem Reap mais reste etonante dans le pays, est la horde de touristes presente sur les lieux. On se croirait dans un parc d'attraction ! Kmerland resort Siem Reap ! Il est difficile de visiter un temple sans etre pris en photo par des japonnais !! Cette masse de touriste se deplace sur le site en bus, en voiture ou en tuk tuk (espece de charette tractee par une moto). En consequence, devant chaque temple sont installes des stands de boissons et l'on se fait alpaguer par les rabatteuses qui hurlent (litteralement) "hello sir !!", "cold drink sir !!"

Maintenant le contexte plante, les temples en eux meme. Nous nous sommes leve ce matin avant l'aube (4h30) pour observer le lever du soleil sur le temple de Angkor Wat. Si tout se passe bien on est sense voir se decouper en contre jour la sillouhette du temple phare du parc. Cette meme sillouhette apparait en grand au centre du drapeau Cambodgien.
Nous observons la scene au cote de dizaines de photographes en herbe qui veulent refaire la fameuse carte postale. Nous avons de la chance aujourd'hui, il n'y pas trop de nuages.
Apres cette magnifique vue, nous enchainons les temples, visitons la citee perdue de angkor Thom, montons sur une colline admirer une vue d'ensemble, etc .. il y a plein de choses a faire. Le site est vraiment genial. Certains temples sont vraiment en ruine et nous offrent le spectacle de la jungle envahissante. On se croirait dans un film de Mowgli! L'effet est amplifie lorsque l'on voit des singes !! Certains arbres ont pris racine sur des tours ou des murs, incroyable !
D'autres temples sont en bien meilleur etat grace a leur restauration. Nous pouvons y admirer l'architecture Kmer, les buddas, etc ... Particularite recurente, les escaliers au marches de 80 cm de haut et 5 cm de large : super casse gueule ! Seul les locaux parviennent a les devaler avec assurance (meme en tongs)
En fin de journee, nous admirons le coucher du soleil avant de rentrer. Nous sommes vers 7h00 a l'hotel et je m'ecrase completement !!

 


Lundi 3 mai 2004 (J+204) (Vincent)
0 km
Siem Reap

Rien ne va plus !



Pas de doute, la situation ne s'est pas arrangee pour la pauvre Romain : chaque bouchee de riz avalee se retrouve au fond de la cuvette quelques minutes plus tard... impossible de partir dans ces conditions.

Du coup, Roro lit et pionce toute la journee. Il finit "Le miraculeux destin d'Edgar Mint" de Brady Udall (que je conseille d'ailleurs vivement) et commence un bouquin de l'aventurier Jean-Luois Etienne. Quand a moi, fin d' "Un Americain bien tranquille" de Graham Greene (histoire d'un journaliste americain au Vietnam pendant l'occupation francaise) et debut de Fatherland, un bouquin flippant dans lequel les nazis ont gagne la seconde guerre.

Bref, pas grand chose a signaler. Je sors tout de meme pour les repas... tout seul ! Je fais ami-ami avec un chauffeur de touk-touk au dejeuner et avec un jeune alcoolique Irlandais au diner... vivement le depart !


Mardi 4 mai 2004 (J+205) (Romain)
42 km   Total : 9992 km
Depart : Siem Reap   Arrivee : Campagne cambodgienne

Depart de Siem Reap quand meme ...


Ce matin je suis toujours malade ... Ce n'est pas invivable, la douleur au bide est largement suportable mais je n'arrive pas avaler quoique ce soit .... Tout de que j'ai ingurgite depuis quasiment 48 heures est ressorti aussi sec ( facon de parler ... )
Je me resigne donc a prendre des antibios, ce aui embetant car cela reste un traitement lourd mais c'est l'unique facon d'avaler quelque chose pour me donner des forces. De plus l'effet est immediat. Cela nous permet donc de partir aujourd'hui
En se preparant doucement (a mon rythme) nous sommes prets pour le depart vers 12h00.Malgre un bon vent de dos, j'ai du mal avancer mais j'avance quand meme, c'est le principal !
Nous faisons donc une journee tortue une demi heure de velo, une demi heure de pause ...
En fin de journee, nous trouvons non sans mal un coin pour notre tente, a cote d'une antenne de TV. Je suis completement mort, d'autant plus que la fin de la route etait une veille et mauvaise piste : vivent les main road du Cambodge !
Le repas englouti (frugal de mon cote, je ne suis encore rode...), nous nous ecrasons dans la tente ou il regne une temperature de sauna. Vincent ne tient pas et finira sa nuit sous l'abside !!


Mercredi 5 mai 2004 (J+206)  (Vincent)
Depart : Dieu sait ou dans la campagne
Arrivee : 20 km de Sisophon
51 km, total : 10 043 km

10.000 bornes !!!


Romain est toujours bien mal et cen'est pas l'etat de la "route" qui va l'aider a aller mieux : une piste defoncee qui nous force a ne pas depasser les 10km/h.

Cela ne nous empeche pas d'inaugurer un nouveau jeu de societe : "le 10000 bornes ". Un peu comme le 1000 mais la patience est ici de mise. Pour une partie complete, comptez au bas mot 6 mois ! :o)

Blague a part, ca reste un calvaire pour Roro qui en plus de son mal de bide se tape des cops de soleil de folie : Malarone (anti-palu) et Ciflox (antibio contre mal de bide) provoquent tous deux une hypersensibilite au soleil... autant dire qu'avec de cocktail detonnant, c'est "rougeurs assurees" pour le roux Roro, meme avec quatre couches de creme solaire.

Ainsi, le pauvre se traine un peu et je l'attends longtemps a chaque pause. Dans l'apres-midi, des gamins jouent avec mes nerfs alors que j'etais tranquillement assis a l'ombre. La sanction n'attendra que le retour de Romain (qui peut ainsi surveiller les velos). Je course le "chef de bande", ses sandales finiront dans l'eau... non mais !

Nous dormirons ce soir dans un petit village a quelques centaines de metres de la route principale. Pour notre "douche", un enfant va remplir un grand seau d'eau dans le lac boueux et c'est devant un public nombreux (decidemment !) que nous nous aspergeons de cette eau douteuse pour nous laver.

Pendant ma douche, une vieille femme propose a Romain un remede chinois pour son ventre :une pommade en application locale. "Ca fait tout chaud au ventre" dixit Roro.

Nous passerons la nuit sous le auvent qui leur sert de temple. Dans un coin sont disposees toutes sortes de statues de Boudha et des guirlandes multicolores. Leur "office religieux", a deux metres de nous, se prolonge assez tard dans la soiree et nous empeche de nous endormir... des sortes d'incantations et phrases repetees en rythme, d'abord par le plus vieil homme puis par tous les autres, dont de tres jeunes enfants ! L'ambiance n'est cependant pas du tout austere et la "ceremonie" est meme ponctuee de blagues du vieil homme qui font bien rire "l'assemblee"... assez deconcertant pour quiconque est habitue aux traditionnelles messes dominicales !

 

France (départ)

Espagne

Maroc

Sénégal

Argentine

Chili

Taiwan

Chine

Vietnam Cambodge Thaïlande Malaisie

Scandinavie

Allemagne

Pays-Bas

Belgique

France (Retour)

 

Retour page d'accueil